Créer mon blog M'identifier

Retourner sur la première page du blog

Le massage bébé : un moment hors du temps

Le 7 juillet 2016, 15:06 dans Maternité 0

Depuis son 10ème jour de vie, Petit Monstre a des coliques. On m'avait donc conseillé de masser mon petit bout de chou. Ignorante du sujet, je pensais masser son petit ventre point barre.

A ses 5 mois, j'ai eu l'occasion de profiter d'une séance découverte du massage pour bébé. Le vrai, le complet! Pas mon semblant de massouille de ventre.

En plus de renforcer le lien mère-enfant; père-enfant, le massage contriburait au bon développement de bébé.
Ah bon? J'ai appris quelque chose... D'où la rédaction de cet article "bien-être bébé" et parents finalement.

Les bienfaits du massage sur bébé (entrons un peu dans le vif du sujet)

Sans surprise, le massage permet d’établir une communication affective entre nous (ses parents, tu en doutais?) et bébé. Par le toucher, de nombreux sentiments et émotions peuvent être échangés. La preuve, les gestes tendres favorisent la stimulation de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement et du bonheur (la même qui fait monter le lait dès la naissance et qui nous donne les contractions ainsi que l'euphorie qui suit si si!).

 

D’autre part, le massage permet aussi à l’enfant de prendre conscience de son propre corps. Cela se fait autant par le toucher, que la parole. L'instructrice (reconnue par l'association belge de massage pour bébé) nous a recommandé grandement d’accompagner les gestes d’explications.

 

Enfin n’oublions pas l’aspect thérapeutique du massage, ce qui m'a ammené vers cet atelier... Certains gestes ont la capacité d’apaiser les douleurs comme celles causées par les coliques, la poussée des dents ou encore de faciliter la digestion. A la clef, réduction du temps de pleurs en plus de passer un moment magique et intense avec son bébé.
Il semblerait que les caresses stimulent les muscles et la circulation sanguine.

Place au massage

Le massage s'effectue quand bébé est calme et réceptif (avant une sieste ou au moment du coucher sont deux moments appropriés), dans une pièce chauffée à minimum 23° et surtout tranquille. Installer bébé en sécurité sur sa table à langer ou au sol sur une couverture toute douce.

Pour que le massage bébé devienne un rituel, n’hésitez pas à soigner l’ambiance : lumière tamisée, comptines et présence des deux parents. À partir de ce moment-là, le massage peut être prodigué. Enduisez vos mains (vierges de tout bijoux et propres) d’huile adaptée aux nourrissons et réchauffez-les avant d’entamer les premiers mouvements.

La notion de base est de masser au rythme de l'enfant. Il s'agit d'un moment de détente, hors de tout stress pour bébé et nous.

Personnellement, avant la sieste et au moment du coucher Petit Monstre est tout sauf calme, il décharge la tension de la journée et pleurs beaucoup. Du coup, nous avons choisi de le masser après son bain sur la table à langer.

Au début, il ne se laissait faire que durant 10 min puis 15min et maintenant, les massages sont de plus en plus longs (nous avons choisi de ne pas dépasser les 20min) et agréable. Petit Monstre nous sourit tout du long et gazouille même. L'échange en est intense et débordant d'amour. Un vrai régal pour nous trois.

Nous n'utilisons pas forcément une huile de massage spécial nourrisson. Comme Petit Monstre a une peau atopique, nous devons l'enduire de crème (prescrite par notre pédiatre), nous utilisons donc cette crème lors de nos massages.

Pratiquez-vous le massage pour bébé? Qu'en pensez-vous?


J'ai participé à un atelier massage auprès de Laurence de Préambulle. Je vous conseille ses ateliers qui se déroulent dans la bonne humeur et sans prise de tête.

J'ai détesté être enceinte!

Le 21 juin 2016, 19:50 dans Famille 2

Aujourd’hui, j’ai eu envie de me livrer un peu et non, je n’ai pas honte de le dire (et de l’écrire), c’est un fait, j'ai détesté être enceinte jusqu’à mon dernier mois de grossesse.

Je souhaite vraiment à travers ce billet, déculpabiliser les femmes qui me liront.

C’est frustrant et culpabilisant à avouer puisque j’ai désiré cette grossesse, mon bébé et que socialement, c’est vraiment très très mal vu.
Surtout quand j’entends mes proches et amis me dire « tu es magnifique », « tu es épanouie comme jamais », « jolie maman », …  Pourtant, je peux vous affirmer que je ne me suis jamais sentie aussi mal dans ma peau.

Avant même d’avoir la confirmation de ma grossesse, j’étais déjà malade.
Une vraie partie de plaisir, hum hum!
Douleurs dans le bas du ventre dès le début et jusqu’à la fin du premier trimestre.
Vomissements incoercibles, sans nausées annonciatrices, pendant presque 5 mois. Et vu qu’on ne peux pas prendre de médicaments ou alors a minima... Pas de chance, sur moi, les médicaments ne servaient à rien… Du coup, la toilette a été ma meilleure amie pendant tout ce temps (glamour je vous dit!). J’ai même perdu presque 5 kg.

Des douleurs de dos et costales insupportables qui m’ont amenées à consulter médecins, kiné, ostéopathes, … .
Bref, pas la grossesse de rêve dont on nous parle dans les magasines et films!

Je peux vous assurer que l’intimité de couple en prend un coup... une claque plutôt!

J’ai mis au moins 6 mois a me faire à tous les changements corporels et a « admettre » ma condition de future mère.
J’ai eu du mal à apprivoiser ce petit être que j’ai tellement désiré et attendu!

Je me suis sentie dépossédée de mon corps depuis le début. La cohabitation a été rude et ça, je ne m’y attendais pas du tout!
Parce que malgré cette ardoise quelque peu sombre que j’ai dressé, j’adore sentir ce petit bout bouger en moi et pouvoir partager cette sensation avec mon homme. Je me souviendrais toujours de sa réaction quand il a senti le petit bonhomme bouger pour la première fois.

A 6 mois de grossesse, nous avons pris plaisir a préparer notre liste de naissance. Bah oui, vu que c’est un premier enfant, nous n’avons pas grand chose à la maison (rien serait plus juste). En plus, c’est gai de recevoir des présents pour ce petit être qui n’est pas encore né mais qui existe bel et bien dans le cœur de nos familles et de nos amis.

A 8 mois de grossesse, mes amies sont venues à la baby-shower que la maraine de Petit Monstre m'avait préparée. Un moment de franche rigolade que je t'invite à découvrir ICI si le coeur t'en dit.

Puis ce dernier mois, si long et court à la fois. Entre peurs et excitation... Entre l'envie d'enfin le recontrer et l'envie de serrer les cuisses pour être encore un couple et non une famille. Les aller-retour entre la maison et l'hôpital puisqu'il refuse de montrer sa petite bouille.

Enfin est venu le jour de la rencontre, ce jour où je suis devenue maman, pas si idyllique que prévu mais pleins d'amours et d'espoir. Ce jour de février si précieux à nos yeux. Autant, j'ai détesté ma grossesse autant j'ai aimé accoucher (dommage pour le peau à peau et la première tétée dans l'intimité...).

Je suis une mère imparfaite et j'assume (parfois!)

Le 16 juin 2016, 17:25 dans Famille 2

Depuis presque 4 mois, je ne vis que bébé, je mange avec bébé, je dors dans la chambre de bébé, je parle bébé. Bref, ma vie tourne autour de bébé. Normal me direz-vous.

Pourtant, pourtant...

j'ai envie de sortir SEULE, sans écharpe de portage ou sans poussette. Boire un petit Mojito (pardon 1L de Mojito). Parler avec des adultes, des vraies qui font des phrases complètes avec sujet-verbe-compléments. J'ai même envie de retourner au travail c'est dire...

J'ai envie de faire une après-midi shopping dans d'autres enseignes qu'Orchestra, dpam, Sergent Major, ... Non pas que les bodys et chaussures taille 17 me déplaisent... mais quand même cet escarpin là-bas me fait de l'oeil.

Le soir, je suis exténuée. Il m'arrive de pleurer (souvent) parce que du matin au soir et du soir au matin, je vis pour et à travers lui.

J'aspire à l'entrée en crèche (Ouiiiiiii, Petit Monstre a sa saincro sainte place). Faut dire que sinon, je pense que je saute par la fenêtre ... de mon rez-de-chaussée, que je l'abandonne au fin fond de sa chambre... avec moi accrochée au babyphone!

Il m'arrive de me dire qu'en fait, j'ai fait une erreur en voulant tomber enceinte. Que finalement, nous étions bien son papa et moi, seul dans notre "home sweet home" sans pleurs ni cris. Que mon intérieur était propre, rangé et sentait bon les bougies aux fruits des bois, ... Alors que maintenant, il ressemble à une explosion de couleurs et d'affaires de puériculture.

Puis Petit Monstre me sourit de toute son absence de dents et je fonds comme neige au soleil (un soleil de canicule!).Et j'oublie tout la seconde qui suit.

Je suis amoureuse de ce petit mec de 64cm qui ressemble tant à son papa.

Voir la suite ≫