Je n’oublierai jamais ce 17 février 2016 et pour cause, c’est la date de naissance de mon adorable petit garçon qui s’appelle Maxime.

 

J’ai longtemps hésité à écrire cet article, pour être honnête, j’en ai rédigé plusieurs que j’ai fini par supprimer je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être parce que le blog traite habituellement des voyages… Mais cette nouvelle tranche de vie n’est-elle pas un nouveau voyage en soi?
J’entame donc un nouveau volet avec cet article, celui de la vie de famille. Mais ne vous en faites pas, le thème principal du blog reste les voyages au sens plus littéral du terme ;)

 

Mon histoire n’est pas plus joyeuse ou dramatique qu’une autre mais c’est la mienne, celle de la création de ma petite famille.

 

Mr Crevette est né le 17 février de cette année (oui, vous l’avez déjà compris). Comme il ne voulait pas sortir le bougre et que j’étais dilaté à 3cm depuis quelques jours, nous avons pris rendez-vous avec mon gynécologue pour déclencher l’accouchement.
Sincèrement, ça fait bizarre de choisir quand se rendre à la maternité… tout en ayant un côté bien rassurant. Ouf, je n’aurai pas à me faire conduire sous la neige et prises de vilaines contractions. Un vrai soulagement pour moi!

Donc, en ce mercredi de février, à 7h30, je me présente accompagné de mon conjoint à la maternité. Nous sommes installé par une sage-femme.

 

8h15 : Je suis examinée et j’apprends que j’en suis à 4cm presque 4cm1/2. On me perfuse pour pouvoir m’injecter le médicament qui va déclencher le travail.

 

9h30 : l’anesthésiste arrive pour me poser ma péridurale que j’avais demandée d’entrée de jeu. La sage-femme me réexamine avant de m’aider à me positionner. J’en suis à 5cm1/2! Je n’en reviens pas, je n’ai rien ressenti au contraire je me sens en pleine forme (enfin comme un cachalot courbaturé en pleine forme).
On m’aide à m’installer en mode dos rond (sont marrants eux… faire le dos rond avec un ventre énorme!). Bref, la péridurale est difficile à placer… Je fini par faire un petit malaise. Je sens qu’on m’allonge sur le côté pour retenter le coup. C’est bon, je sens que mes jambes s’endorment! Victoire!

 

10h30 : tout va bien, le cœur du bébé supporte les contractions que je sens plus régulières mais sans douleurs.

 

11h30 : La sage-femme essaye de me changer de position mais bébé n’apprécie pas.

 

12h00 : J’envoie mon conjoint se chercher à manger, de toute façon bébé ne va pas arriver tout de suite vu que je suis dilatée à 7cm.

 

12h35 : J’ai super mal, je suis seule dans la salle de naissance. Mon conjoint est toujours en bas. J’essaye de l’appeler mais il a oublié son portable dans la chambre. J’ai peur d’accoucher sans lui.

 

12h45 : J’appelle la sage-femme pour qu’elle me donne un anti-douleur supplémentaire tellement j’ai mal. Mon homme arrive tranquillement avec son panini jambon de parme, aubergine, parmesan (c’est dingue les détails qu’on retient pour se détourner de la douleur… faut dire que ça sentait super bon).
La sage-femme me dit « Le bébé est là, je vous prépare pour l’accouchement ». J’ai dilaté de mes 3 derniers cm en moins d’1h. Normal que j’ai mal.

 

12h50 : Je suis installée, les pieds dans les étriers (je n’ai jamais autant aimé cette position!), on me demande de pousser encore et encore. On m’encourage, me dit que bébé arrive, qu’il a plein de cheveux. Je sens les bras de mon homme qui me poussent et me soutiennent le dos pour m’aider au mieux.

 

13h11 : Maxime est né. On me le pose sur moi. Je vois sa peau toute blanchâtre et sa tête déformée par le passage dans mon bassin. Il respire et regarde son papa. Pourtant, on me le reprends tout de suite.
Il ne pousse pas son cri, ce qui inquiète mon gynécologue qui appelle les pédiatres. Ils arrivent en masse dans les 2 minutes.
Je fini par entendre un faible cri, Maxime est emmené en service de néonatalogie et son papa ne peut pas suivre. On lui demande de rester avec moi.
Heureusement, je suis encore sous l’effet des médicaments et on s’occupe encore de moi. Je ne réalise pas ce qu’il se passe, mon conjoint par contre se ronge les sangs. La délivrance se passe sans encombre, j’ai eu une micro épisiotomie de moins d’1cm parce que Maxime avait une bride serrée non réductible (le cordon autour du cou).
La sage-femme nous dit que l’infirmière va venir nous chercher, que Maxime va bien mais qu’il doit rester sous surveillance quelques heures.

13h35 : Nous pouvons nous rendre en néonatalogie. Le temps nous a paru s’écouler extrêmement lentement. J’essaye de me lever, je passe à travers mes jambes. Soutenue, je suis installée sur une chaise roulante.

 

13h40 : Maxime semble tellement petit dans sa couveuse. La pédiatre nous explique qu’il a un pneumothorax et qu’il va falloir le drainer. Maxime a sûrement voulu pousser son cri trop tôt, il devait être dans mon bassin ce qui a créé une surpression et causer le pneumothorax.

 

14h30 : Maxime c’est coloré, il est tout rose et dort paisiblement. Nous pouvons le toucher mais pas le prendre dans nos bras. Le risque étant que le pneumothorax ne récidive. Il pèse 2kg970 pour 51cm. Ce qui en fait un bébé tout fin.

18h30 : J’ai enfin Maxime dans mes bras. L’infirmière me demande si je compte l’allaiter. Ni une, ni deux, on essaye de sauver mon allaitement et on me le mets au sein. Après de nombreuses tentatives, il fini par arriver à accrocher mon sein. Fatigué, il ne tète que très peu… Dépitée, je fini par extraire manuellement mon colostrum que je collecte dans une seringue. Je le lui donnerai dans quelques heures.

pieds-dodusNB

Il aura fallu au total 3 jours pour que l’allaitement se passe sereinement. Il parait que c’est un petit miracle parce qu’il a été commencé très tardivement. Normalement, il doit débuter dans les 2h de vie (maximum 4h, ici, il a débuté après plus de 6h de vie).
Il est resté 72h sous surveillance à la néonat’ et au total, nous sommes resté 6 jours à l’hôpital.

Aujourd’hui, tout va bien. Maxime a 3 mois dans 4 jours, il prends bien du poids (toujours sous allaitement maternel exclusif).
Il pèse dans les 5kg990 et mesure 59cm.