Je suis une maman qui a choisi avec papa de pratiquer le maternage bienveillant. En tout cas, nous essayons au quotidien de faire de notre mieux pour y arriver. Croyez-moi, ce n'est pas toujours facile! Surtout par rapport au regard des autres, de la famille notamment.

Nous sommes souvent confrontés à des remarques du style "tu l'as trop à bras, pose-le sinon il va être dépendant", " tu empêches ton enfant de découvrir le monde", "laisse-le pleurer sinon il ne fera jamais ses nuits", j'en passe et des meilleurs... Pas facile à entendre et très vite culpabilisant mais on tient bon!

J'ai un super kiné qui dit "faut utiliser ce qui marche avec votre enfant et pas ce qui marche pour un autre". Ma pédiatre qui enchaîne avec un "si porter votre enfant l'aide, n'hésitez surtout pas. Il ne fait pas le laisser pleurer. A son âge (3 mois), il ne pleure pas sans raison".

« Éduquer, ce n’est pas dresser » Maria Montessori

Qu'est-ce que le maternage bienveillant?

Materner et éduquer nos enfants en " bienveillance", c’est les aider à être et non pas à devenir. Cette éducation est celle qui respecte la nature et le rythme de l’enfant. Pédagogie emprunter à l'éducation selon Montessori.

Dans cette optique, éduquer, c’est :

  • Comprendre, soutenir, accompagner affectivement, émotionnellement et socialement son enfant. Ce qui aura pour but de fonder sa sécurité intérieure, sa confiance en soi et son estime de soi.
  • Aider, protéger, sécuriser.
  • Etre partenaire.
  • Etre en confiance mutuelle.

Ce n’est pas :

  • Un rapport de force ou un pouvoir sur l’enfant.
  • Avoir raison, imposer, contrôler.
  • Projeter sur ses enfants nos attentes, nos espoirs (même les meilleurs).

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir » Marie Montessori

« L'espoir qui reste à l'humanité, c'est qu'un jour les parents puissent vraiment agir dans l'intérêt des enfants, qu'ils deviennent assez conscients pour être du côté de l'enfant et pour l'aider à se développer dans la liberté, l'intelligence et l'amour » A.S.Neill

 

Comme toute pédagogie, elle possède des piliers éducationnels à suivre. Ils sont au nombre de 6 :

  1. Priorité à l'enfant : concrètement, cela signifie que c’est à l’adulte d’organiser son emploi du temps en fonction des besoins de l’enfant, et non à l’enfant de s’adapter à celui des parents. Ce qui implique une grande disponibilité des parents durant les premiers mois de vie puisqu'il faut répondre à ses besoins physiologiques et affectifs en priorité et sans délai..

  2. Relation de confiance : il faut renoncer -une fois pour toutes- à tenter d’imposer le respect parental à tout prix, mais à la place faire en sorte de le mériter, en établissant avec son enfant une relation de confiance. La véritable autorité est celle que les autres nous reconnaissent, pas celle qu’on leur impose (cela, c’est de la crainte, qui engendre soumission/rébellion).

  3. Amour inconditionnel : suppose d'accepter son enfant totalement tel qu’il est et non tel qu’on voudrait qu’il soit. C’est à nous adultes de nous accommoder de la nature de l’enfant, et non l’inverse, autrement l’enfant comprendra qu’il doit altérer son identité afin de conserver notre amour.

  4. Ecoute émotionnelle : il est nécessaire d’accueillir toutes les émotions de l’enfant y compris, surtout!, celles qui nous dérangent, comme ses colères, ses peurs ou sa tristesse. Autrement, l’enfant n’a d’autre choix que de les réprimer entrainant des conséquences dévastatrices pour sa personne et pour la société : la colère non exprimée devient violence, la peur se transforme en angoisse et la tristesse en dépression...

  5. Accompagnement souple : pour ce faire, le parent peut et doit mettre son expérience à disposition de l’enfant, apporter des repères, mais permettre une certaine flexibilité (qui peut être discutée avec l’enfant) quant à leur application en prenant en compte les spécificités de chaque situation et la nature évolutive de l’enfant. Sûrement le pilier le plus compliquer à mettre en place en tant que parent, puisqu'il faut réussir à trouver sa juste place auprès de son enfant.

  6. Présence chaleureuse : toute cette théorie doit être vécue avec le coeur, cela signifie des actes, des gestes et des paroles aimants et spontanés au quotidien. Il ne s’agit pas d’étouffer son enfant d’amour (qui est une autre forme de manipulation émotionnelle), mais de lui offrir à tout moment une présence chaleureuse et rassurante, inspiratrice de joie de vivre, de confiance et de respect.
    La distanciation émotionnelle et affective du parent à l’encontre de son enfant est une forme de violence car l’enfant a désespérément besoin de marques d’amour de la part de ses parents. Il doit en outre y avoir une cohérence entre les mots, les gestes et les actes afin que l’enfant ne soit pas laissé dans le flou au sujet de cet amour.

Pour nous aider dans cette pratique, nous avons pris contact avec Marie-Laure Delaey qui a animé chez nous un atelier "bébé signeur" qui nous permet d'entrer en communication de manière harmonieuse avec notre petit monstre.